Le Blog

Retrouvez ici régulièrement des conseils pour développer votre nage et des retours constructifs sur nos sessions de natation en groupe (Squads) et privées (analyses vidéo 1-2-1)

Info-lettre:Ne manquez aucun article en vous abonnant

Le parcours de Justine de 0 à 69km !

Justine nage avec Swim Smooth Montréal depuis 5 ans... Sa constance à l'entraînement est remarquable et les résultats suivent ! Retour sur ce parcours inspirant !

Du sofa au triathlon !

Je suis une nageuse en eau libre mais je ne l'ai pas toujours été! J'ai longtemps été une patate de sofa et, en 2010, je suis passée directement du sofa au triathlon. J’ai commencé par la distance sprint, puis olympique et puis demi-Ironman. C’était prévisible, l’Ironman est devenu un objectif et je me suis lancée dans l’aventure.

J’ai contacté Bart en 2013 pour voir s’il pouvait m’aider avec l’entrainement pour l’IM et j’ai rejoint la Swim Squad pour les entrainements de natation 2 à 3 fois par semaine. Au départ, mon CSS était autour de 2:15/100m.

Après l’Ironman Maryland en septembre 2014, j’ai commencé à me poser plein de questions sur la suite des choses. Un autre Ironman? Des triathlons plus courts? Une pause? J’ai finalement pris une année de pause et je me suis inscrite à quelques triathlons en 2016 mais, je n’ai pas eu de plaisir à aucune des courses auxquelles j’ai participé cette année-là.

Arrêt du triathlon, mais passion pour la natation !

Le problème est que je n’avais du plaisir qu’à la natation… Ça fait beaucoup de temps et d’argent pour n’avoir du plaisir que dans la première partie du triathlon.

C’est à la fin de l’été 2016 que j’ai finalement décidé d'arrêter le triathlon et de me concentrer sur la natation. J’ai continué de nager avec la Swim Squad en augmentant le nombre de sessions par semaine. À ce moment-là, mon CSS était autour de 2:10/100m. Je n’avais pas vraiment d’objectif mais j’avais beaucoup de plaisir à l’entrainement et j’ai commencé à progresser.

Une analyse vidéo qui change tout !

J’ai fait ma première analyse vidéo avec Bart à l’automne 2016. J’avais vu quelques personnes qui avaient eu de belles progressions après leur analyse et j’étais super excitée d’avoir cette opportunité. Bien sûr, Bart a noté plusieurs défauts classiques mais, le constat le plus marquant était au niveau de mon kick. J’avais toujours nagé en ignorant mes jambes et j’avais un kick "pas comme tout le monde", un kick lent et à l'air un peu paresseux. Ce que je ne savais pas, c’est que j'avais la base d'un 2-beat kick naturellement. Il demandait juste un peu de travail pour mieux le contrôler.

Pendant l’analyse, Bart me parlait d’une grande nageuse en eau libre, Shelley Taylor-Smith. C’est là que j’ai eu le déclic, j'allais essayer la compétition en eau libre! Un ami m’a alors parlé du Big Swim. Dans le cadre d’une levée de fonds, un groupe de nageurs traversent le détroit de Northumberland, soit une quinzaine de kilomètre du Nouveau-Brunswick à l’Île-du-Prince-Édouard. Voilà, j’avais un objectif!

Un objectif, de la motivation... Et une belle progression !

C’est avec cette motivation que j’ai commencé à appliquer les changements recommandés par Bart lors de l’analyse vidéo. J’ai rapidement vu des changements. En quelques mois, je suis passée de la L1 à la L2 puis après un suivi de mon analyse à l’hiver 2017, je suis passée à la L3. À ce moment-là, mon CSS était autour de 1:48/100m.

En prévision du Big Swim, j’ai demandé à Bart de m’aider avec le plan d’entrainement et j’ai monté le volume graduellement. Je faisais de 3 à 4 sessions par semaine avec la Swim Squad et 2 à 3 sessions de plus de mon côté dont un 6000m le jeudi matin. En mai, les sessions en lac se sont multipliées, en juillet, j’ai testé ma progression au Lac-à-Jim et j’ai réussi mon premier 10km.

J’ai continué mon entrainement jusqu’au Big Swim qui avait lieu au début du mois d’août. Finalement, le matin de la traversée est arrivé mais la météo n’était pas favorable et après beaucoup d’hésitation, les organisateurs nous ont annoncé que l’événement n’aurait pas lieu dû à des cellules orageuses.

En route pour la "Swim the Kingdom week"

Je suis donc revenue à l’entrainement sans avoir eu ma récompense. J'étais restée sur ma faim et j'ai décidé de "prolonger" le projet en m'embarquant dans quelque chose d'encore plus ambitieux! Je me suis alors inscrite au Swim the Kingdom Week (9 jours, 8 lacs, 65km de natation).

Mon 2-beat kick étant maintenant plutôt bien contrôlé, j’ai fait un gros bloc technique à l’automne 2017 en mettant un focus sur le développement de meilleurs appuis et j’ai aussi ajouté de la musculation à mon plan d’entrainement. À l’hiver 2018, j’ai mis le focus sur le travail de vitesse tout en maintenant un volume d’environ 20km par semaine à raison de 6 ou 7 sessions par semaine dont des doubles journées. C’est à ce moment que je suis passée à la L4. Lors de mon dernier test CSS en juillet, j’avais un CSS de 1:37/100m. En moins de 2 ans, j’ai donc enlevé plus de 30 secondes à mon CSS.

En préparation pour le Swim the Kingdom Week (du 11 au 19 août), j’ai fait beaucoup de volume (plus de 600km de natation en 8 mois). J'ai aussi participé à plusieurs événements préparatoires:

- Son of a Swim (Lac Memphémagog, 11km)

- Odyssée de Cowansville (Lac Davignon, 5km)

- Marathon international du Lac-à-Jim (Lac-à-Jim, 10km)

- Kingdom Swim (Lac Memphémagog, 16km)

- Traversée du lac Tremblant (Lac Tremblant, 12km)

L'heure du gros défi avec 69km de nage en 9 jours...

Le Swim the Kingdom Week est finalement arrivé. Pendant ces 9 jours, j’ai parcouru 69km. Plus d'une semaine à nager pratiquement tous les jours dans des conditions différentes, à découvrir de nouveaux lacs, à tester mes limites, à confirmer ma passion pour la natation de longue distance! Mon corps était bien préparé à cet effort et j'ai bien géré l'effort car je n'ai pas eu de grosse courbature ou de signe important de fatigue et j'ai démontré une belle constance dans ma vitesse de jours en jours.

Quels sont les clés de ma progression?

1) La constance à l'entrainement